jpk
Le gouvernement allemand se dit intéressé par le projet de la construction de 10 000 km de chemin de fer en République Démocratique du Congo. L’annonce a été faite par le Ministre de l’Industrie Congolais Julien Paluku ce 14 Novembre. C’est à l’issue d’une rencontre entre le chef de l’Etat Congolais Antoine Félix Tshisekedi et la présidence du parlement allemand, ainsi que l’ensemble des députés que les questions congolaises qui intéressent les investisseurs allemands ont été abordées. Répondant à la préoccupation du président du parlement allemand sur la sécurité sur les investissements, le président congolais Felix Tshisekedi, a évoqué l’alternance pacifique intervenue en janvier 2019. Pour le nouveau président congolais, cette alternance est la garantie première que la RDC a repris sa place dans le concert des Nations.
jpk2
 
Pour le ministre de l’Industrie Julien PALUKU KAHONGYA , qui est de la suite du président Félix , les investisseurs allemands , qui se disent désormais prêts à venir investir en RDC, ont été séduits par l’allègement au niveau fiscal.
 
”Les zones économiques spéciales , offrent des facilités et avantages au niveau des impôts. C’est une aubaine pour toutes les entreprises allemandes prêtes à investir au Congo. Le pays est sur la bonne voie, la diplomatie actuelle rassure davantage les partenaires , qu’investir en RDC ne serait que bénéfique.” _”Dans cette même optique , nous avons rencontré des allemands d’origine congolaise, qui sont prêts à mobiliser d’autres allemands, pour qu’ils viennent investir dans la transformation des produits locaux , notamment agricoles et miniers. Le président FÉLIX a insisté sur le fait que nos minerais ne sortent plus de manière brute de la RDC, nous devons les transformer pour donner une valeur ajoutée et payer des richesses”._ Poursuit-il.
 
L’Allemagne étant l’un des pilotes par excellence de développement en Europe, promet dépêcher d’ici 2020 une grande délégation pour discuter autour des modalités et faisabilités de partenariat avec certains ministères.
Christina M.